Dimanche 19 Novembre 2017

Association des quartiers de la place de Clichy, des avenues de Clichy et de Saint-Ouen

carte

Lettre d'information

La nouvelle place Clichy divise

Le chantier de deux ans vient de s'achever. Les piétons y gagnent, les voitures pas forcément.

article du Journal du Dimanche - 9octobre 2010 -

 

Les délais ont été respectés. Près de deux ans après la première réunion publique sur son réaménagement, la place de Clichy montre enfin son nouveau visage. La réorganisation de ce carrefour aux confins de quatre arrondissements, l’un des plus importants du nord-ouest de Paris, constituait l’un des engagements de la mandature de Bertrand Delanoë. Engorgée par la circulation automobile, cette ancienne barrière d’octroi était dangereuse à traverser et excluait toute vie riveraine. "Le partage de l’espace était mauvais, analyse Annick Lepetit, adjointe au maire chargée des déplacements et de l’espace public. Il fallait rendre cette place aux piétons."

Le chantier vient de se terminer, l’inauguration prévue ce mardi vient d’être repoussée à une date indéterminée pour cause de grève. Débarrassée de toute palissade, la nouvelle place de Clichy affiche aujourd’hui des trottoirs élargis avec un nouveau mobilier urbain, un terre-plein central prolongé, en granit gris, avec une quarantaine d’arbres supplémentaires ainsi que des jardinières. Pour faciliter la traversée de la place du nord au sud, des îlots ont été créés pour servir de relais. Au centre, la statue du maréchal Moncey a été rénovée et mise en lumière. Des pistes cyclables et une station Vélib’ ont été créées. Enfin, pour fluidifier le trafic, la borne de taxis du centre de la place a été déplacée sur le boulevard des Batignolles et la rue de Clichy.
"Avant, c’était la décrépitude totale!"

Outre le soulagement de voir se résorber les embouteillages dus aux travaux, le nouveau visage de la place remporte l’approbation des riverains. Associés depuis le début aux réunions publiques de concertation, ils ont suivi de très près le projet. "Nous ne sommes pas déçus, c’est tellement mieux maintenant, estime Philippe Limousin, président de l’association de riverains Déclic 17/18. Avant, c’était la décrépitude totale, le résultat de décennies de laisser-aller."

Même s’il s’inquiète de savoir si le granit gris ne sera pas trop salissant et regrette que les bus de la rive sud ne soient pas en site protégé, ce riverain a obtenu gain de cause sur la multiplication des panneaux publicitaires Decaux (quatre contre un auparavant): la Mairie en a enlevé un cette semaine et promet que d’autres suppressions suivront. Le riverain constate aussi que la nouvelle disposition n’a pas eu d’incidence sur la circulation. "Il n’y a ni plus ni moins d’embouteillages qu’avant, assure-t-il. Ici, les bouchons ne sont pas causés par l’agencement de la voirie mais par le stationnement sauvage des voitures."
A venir, un grand lifting de tout le quartier

Les quatre maires parisiens (8e, 9e, 17e et 18e) dont les arrondissements se rejoignent sur la place de Clichy ont activement suivi le dossier. "La place vit bien, l’environnement est apaisé", constate Brigitte Kuster, maire UMP du 17e. Pour le premier édile du 8e en revanche, la circulation reste le point noir du secteur: "L’aménagement esthétique et urbain est très positif mais la Mairie a toujours l’arrière-pensée de brimer l’automobiliste, estime François Lebel. Les rues calmes du 8e sont désormais encombrées. Il y a plus de bouchons dans les rues adjacentes." Un fait qu’Annick Lepetit attribue aux travaux et qui devrait, selon elle, "se résorber en trois ou quatre mois".

Les riverains attendent à présent la Mairie sur le prochain dossier du secteur, tout aussi important: le réaménagement de l’avenue de Clichy. Une première phase concernera le tronçon le plus embouteillé, qui va de la place de Clichy jusqu’à La Fourche. La Mairie présentera les études de travail aux maires des 17e et 18e avant la fin de l’année 2010 et espère pouvoir finir les travaux pour la fin 2012. Une deuxième phase s’attellera à modifier les sens de circulation des deux grandes artères que sont les avenues de Clichy et de Saint-Ouen, l’une pour "sortir" de Paris vers la banlieue, l’autre en sens inverse. Le tout, dans le cadre de la future réhabilitation de la ZAC Cardinet-Batignolles… Avec la place de Clichy, le grand lifting du secteur ne faisait en fait que commencer.

Charlotte Langrand - Le Journal du Dimanche

samedi 09 octobre 2010