Dimanche 05 Avril 2020

Association des quartiers de la place de Clichy, des avenues de Clichy et de Saint-Ouen

Histoire de l'association

 

déCLIC 17/18 intervient depuis presque vingt-cinq ans.

Sa première réunion publique remonte à l'hiver 1995 - 1996, dans un bâtiment métallique glacial, aujourd'hui démoli, au fond de l'impasse de La Défense. Problèmes évoqués devant une trentaine de participants : l'aménagement d'un jardin public aux 24 - 30 avenue de Clichy, le devenir des terrains vagues Capron - Lathuille, la question des étalages sauvages avenue de Clichy, le projet d'un centre médical à Bretonneau. Voir sur ce site notre Bulletin n°1 - juin 1996. On a un peu avancé depuis.

L'association venait de déposer ses statuts en préfecture. Parmi ses fondateurs : Denis Rondot-Mandrou, Marc Brunaud, Michèle Fong, Marie-Claire Klode, Sylvia Lequenne, Philippe Limousin, déCLIC 17/18 canal historique. D'autres animateurs les rejoignirent pour quelques années ou bien davantage.

Des étalages sauvages 1995

Voir colonne de Gauche : un acte fondateur : échange de courrier avec Daniel Vaillant 6 pages consultables ou cliquez sur le lien ci-dessous.

Juin 1996. Un acte fondateur de déclic1718 : la visite du quartier avec les élus du 18ème

Des potelets abandonnés, enchaînés, humiliés, le long des étalages sauvages... 1996

 

Les commerces de qualité depuis quelques années disparaissaient, remplacés par des bazars et des friperies s'étalant sur le trottoir, jusqu'au bord de la chaussée en contre étalages, illégaux, bien sûr.

Dans le secteur Capron- Lathuille, un terrain vague que l'installation du cirque Romanes tentait de civiliser, un parking sauvage devant les n°37-39, un mobilier urbain très dégradé (potelets descellés...).

A force d'obstination CLIC 17/18 obtint quelques améliorations.

Peu après une visite de terrain avec Daniel Vaillant fraîchement élu maire du XVIIIe, suppression du parking sauvage, remplacement des chaines et potelets par des croisillons.

Juste après une réunion publique organisée par CLIC 17/18 en présence du commissaire principal du XVIIIe, Roland Maucourant, suppression des pires étalages de fripes.

Dès lors, il n'y aura plus de grosses améliorations de cette avenue de Clichy pendant des années. Même si la construction des terrains vagues Capron-Lathuille et la création du jardin des Deux-Nèthes contribueront à freiner la déchéance.

 

 

Mais, malgré les multiples interventions de CLIC 17/18, les étalages mal tenus ou carrémént illégaux (la majorité) continueront de sévir. Et nos démarches auprès d'enseignes de qualité pour qu'elles s'installent sur l'avenue, à de très rares exceptions resteront sans suite.

Il faudra attendre 2012 pour qu'enfin soit commencée la réhabilitation de l'avenue de Clichy. Elle fut l'occasion d'une vraie concertation. Le projet de Charte de qualité des commerces lancé par CLIC 17/18 a été retenu. La charte a été adoptée en 2016. Sans réelle application depuis ! 

Encore fallait-il légiférer sur les étalages. Le vote unanime du Conseil d'Arrondissement du XVIIe, en juin 2013 le soutien déclaré de la Mairie de la Mairie du XVIIIe, ont conduit au vote par le Conseil de Paris le 10 juillet 2013 de la suppression des étalages avenue de Clichy entre la place et La Fourche. 

Depuis, les actions que nous avons menées dans le cadre des budgets prticipatifs ont donné des résultats : la rue Saint-Jean a été refaite et végétalisée, la rue La Condamine a vu ses trottoirs élargis et la chaussée refaite. La rue des Dames a connu le même aménagement. Des projets de "verdissement" sont en cours de réalisation : la placette du 39-41 avenue de Clichy a reçu des bacs et trois autres ont été installés au carrefour La Fourche.

 

 

Un parcours des peintres impressionnistes, entre la place de Clichy et la rue Dautancourt, devrait voir le jour dans le courant du dernier trimestre 2020.

Nous avons apporté notre soutien à plusieurs autres projets de végétalisation déposés par les habitants ou les Comités de quartier.

D'autres projets prendront plus de temps mais sont actés : remplacement de l'entrée bunker de la station de métro La Fourche par une station dans le style d'origine, installation d'une fresque sur le mur pignon du 41 avenue de Clichy, réfection des trottoirs de l'avenue de Clichy entre La fourche et la porte de Clichy…

Pour tous ceux qui œuvrent au sein de notre association, l'histoire continue.