Vendredi 13 Décembre 2019

Association des quartiers de la place de Clichy, des avenues de Clichy et de Saint-Ouen

Bilan mitigé pour les budgets participatifs en 2019

La consternation  se mêlait à l’allégresse et à l’incompréhension lors des résultats des votes aux budgets participatifs 2019. Si notre projet de réfection des trottoirs de l’avenue de Clichy (projet XVIIe) était arrivé en tête avec 2047 votes, nous avions fait chou blanc dans le XVIIIe : nos deux projets (« Un terrain de pétanque-molky dans le jardin des Deux-Nèthes » et « Valoriser et rendre plus accessible le cimetière de Montmartre ») ne faisaient pas partie des projets lauréats.

Incompréhension car nous avions déployé une belle énergie pour les faire adopter et que, pour le cimetière, la Villa des Arts s’était associée au projet et avait de son côté fait campagne. Et que notre association était intervenue de la même manière dans les deux arrondissements : diffusion de 2000 exemplaires d'un flyer format A4 recto-verso présentant nos trois projets dans des commerces, des halls d'immeubles, aussi à la Fête du livre rue Davy, envoi d'un mail à l'ensemble des adhérents de l'association et bien au-delà, appelant à voter et faire voter pour ces projets

Incompréhension et doutes

Nous avons donc essayé de comprendre ce qui s’était passé. L’examen des résultats des votes dans le XVIIIe a soulevé plus d’interrogations qu’il n’a apporté de réponses.

 

 

Si le projet de terrain de pétanque-molky n’a recueilli que 462 votes bien loin du dernier projet retenu (Eclairer l’église Saint-Bernard et restaurer sa flèche avec 903 suffrages), le cimetière de Montmartre n’en était pas loin (855 votes). Dont acte. D’autant plus que plusieurs sources nous ont rapporté que ce projet était maintenant repris par la mairie de Paris et par celle du XVIIIe et qu’il y avait de bonnes chances qu’il soit mené à bien dans un délai raisonnable.

Déclic 17/18 n’est pas dans le tout ou rien. Nous saluons donc que ce projet auquel nous apportons notre soutien depuis de nombreuses années voie le jour. Comme nous avions acté en février dernier la mise à l’écart de notre projet d’installer des panneaux informant de la biodiversité dans le parc Martin Luther King, la mairie du XVIIe le reprenant à son compte.

 

 

En consultant les suffrages recueillis par les projets non adoptés, nous avons constaté que le projet « Mise en valeur du pont Caulaincourt » a recueilli 972 votes, ce qui le met en position d'être retenu, les deux derniers projets figurant sur la liste des projets adoptés ayant recueilli respectivement 961 votes pour « Arts visuels et numériques pour tous » et 903 votes pour « Eclairer l'église Saint-Bernard, restaurer sa flèche ».

Nous avons donc écrit au maire du XVIIIe Eric Lejoindre et à Pauline Véron, adjointe à ma maire de Paris chargée de la démocratie locale, de la participation citoyenne, de la vie associative et de la jeunesse pour faire part de notre incompréhension – tous les projets adoptés dans l’arrondissement étaient estampillés « quartiers populaires » – et demander des explications. Nous écrivions : « Nous attendons de vous que vous nous expliquiez pourquoi le projet Pont Caulaincourt qui, certes, ne portait pas le label "quartiers populaires" ne figure pas sur les listes des projets retenus. Nous nous interrogeons sur les causes de cette disgrâce. Erreur dans le décompte des voix ou dans la présentation des résultats, défaut de label ? N'y aurait-t-il pas de fait une différence de traitements entre les quartiers de l'arrondissement ? »

Un mois pour obtenir une réponse

Ces deux courriers n’ont pas reçu d’autre réponse que celle de Pauline Véron nous annonçant dès réception « une réponse rapide ». Il a fallu attendre que nous rencontrions l’adjointe dans le cadre des Rencontres nationales des Budgets participatifs le 7 novembre pour que la mairie du XVIIIe nous envoie la réponse élaborée conjointement deux semaines auparavant  et apparemment bloquée à la mairie du XVIIIe. Une réponse pour le moins alambiquée : « S’agissant des projets que vous avez défendus cette année et de vos interrogations sur la désignation des projets lauréats, nous vous confirmons que l’un des objectifs assignés au budget participatif est de favoriser l’émergence et le financement de projets citoyens dans les quartiers populaires […]. Concrètement, cela se traduit par le fait que, dans le XVIIIe, 80% de l’enveloppe est réservée aux projets issus de ces quartiers. […] C’est pourquoi, pour un nombre égal de suffrages, un projet situé en quartier populaire pourra être retenu, quand un autre projet situé hors de ces quartiers, ayant recueilli un nombre de voix équivalent, ne le sera pas. »

Une réponse en forme de « persiste et signe » qui ne nous satisfait pas.  Nous y reviendrons.