Jeudi 21 Novembre 2019

Association des quartiers de la place de Clichy, des avenues de Clichy et de Saint-Ouen

La gare de Pont Cardinet rénovée et modernisée

 

Construite dans le style Art nouveau en 1921 et inaugurée il y a bientôt cent ans en 1922, la gare de Pont Cardinet n’avait pas connu de modifications notables depuis… 1976. Les travaux de fond, qui se succéderont d’ici à fin 2021, visent à lui redonner son lustre d’antan.

Moderniser la gare SNCF de Pont-Cardinet sans limiter son accessibilité au public n’est pas le seul défi auquel ce chantier doit faire face. « Nous prévoyons une augmentation de près de 15 % de la fréquentation en passagers, due principalement à la mise en service progressive des bâtiments du nouvel écoquartier et à l’ouverture de la station Pont-Cardinet de la ligne M14 en 2020 », annonce d’emblée le représentant de la SNCF lors d’une réunion publique organisée le 27 février au collège de la Rose Blanche, rue George-Pitard.

Cette gare, implantée au-dessus des voies le long du Pont Cardinet et à l’entrée du boulevard Pereire, apparaîtrait maintenant presque incongrue parmi les immeubles modernes qui la bordent depuis la création du nouveau quartier des Batignolles. Avec ses deux voûtes en forme de croix et ses murs en briques blondes, le bâtiment est représentatif de ce qui se fait de plus moderne dans les années 1910 lors de sa conception. Les voiles de béton et les ossatures métalliques permettent alors aux architectes de réaliser des volumes d’une grande légèreté.

Elle était destinée à remplacer la gare des Batignolles construite en 1854 par la compagnie de Saint-Germain qui n’a pas survécu à l’agrandissement de la tranchée et à l’élargissement du pont, et qui a  été temporairement remplacée par un bâtiment en bois situé sur le boulevard Pereire. 

Accessibilité aux personnes à mobilité réduite

Il faut attendre la fin de la « Grande Guerre » pour que le provisoire soit pérennisé par un bâtiment fonctionnel qui sera inauguré le 15 mai 1922. Si des travaux d’aménagement, de couverture et une extension sur le nord à l’arrière de la gare sont entrepris en 1936, 1971 et 1976, aucuns travaux d’envergure ne sont réalisés à l’exception d’aménagements intérieurs et d’un espace de microcoworking.

Les choses vont se précipiter lentement avec l’adoption de la loi du 11 janvier 2005 qui oblige la SNCF à adapter l’accessibilité de ses gares aux personnes à mobilité réduite. Un schéma directeur d’aménagement (SDA) est adopté par le STIF en 2009 qui conduit à la signature, le 11 octobre 2011, d’une convention cadre quadripartite entre le STIF, la région Ile-de-France, RFF et  la SNCF. Elle prévoit la mise en accessibilité avant 2021 de 207 gares, dont la gare de Pont-Cardinet, pour un investissement total d’1,4 milliard d’euros.

Trois objectifs et trois blocs de financement

La plus grande partie du budget affecté à la gare de Pont-Cardinet (28,3 millions d’euros) concerne la mise en accessibilité à tous les publics (25 millions). Les deux autres chantiers sont la requalification des accès et des circulations dans la gare avec la création de commerces (2,3 millions), et la modernisation de la billetique avec la mise en place de nouveaux contrôleurs automatiques de billets (0,8 million d’euros).

Pour les usagers de l’espace c’est une évolution et non une révolution. Les travaux, qui vont s’échelonner par lots (ils ont commencé en janvier), ne vont fondamentalement modifier ni les accès – ils se feront toujours rue Cardinet et bd Pereire, même si ce dernier accès va être déplacé sous la voûte –,  ni la circulation. Seul le couloir d’accès au quai B jugé un peu étroit pour l’affluence attendue va être élargi.

Les deux flux de voyageurs doivent converger vers les quais. L’accès aux quais passera par huit portillons automatiques, les voyageurs empruntant ensuite des escaliers mécaniques ou des ascenseurs qui déboucheront sur chacun des quais, mis à niveau, rénovés, dotés de « bandes d’éveil » incitant les voyageurs à s’éloigner de la bordure des quais et équipés d’abris.

A l’extérieur de la gare, peu de modifications. Seules les marquises qui surplombent les entrées seront rénovées dans le style d’origine. Le trottoir longeant la rue Cardinet sera élargi pour faciliter l’écoulement du flux de piétons de ou vers la rue Rostropovitch et la station de métro. Il n’est pas prévu à ce stade de déplacer la station de bus, une demande pourtant forte des habitants présents lors de la réunion, ni de créer un cheminement direct entre la station de métro et la gare (« pour des raisons techniques », a-t-il été répondu).

Deux surfaces commerciales seront créées de part et d’autre de l’entrée ouest – on ne connaît pas encore le type de commerces qu’elles accueilleront –, mais il n’est malheureusement pas question de revenir sur la suppression de la boutique SNCF pourtant très utile pour les habitants du quartier qui doivent maintenant se rendre à la gare Saint-Lazare pour acheter le moindre billet de train. Seul un « local agents », occupé de façon intermittente, apportera une touche d’humanité dans cette gare totalement automatisée.

Un accès supplémentaire par le pont Mère-Teresa

Le calendrier prévisionnel prévoit une livraison du chantier fin 2021. Les travaux commencent par l’inévitable désamiantage progressif de tous les locaux. L’accessibilité aux quais et les travaux de la gare auront lieu entre mi 2019 et fin 2021, sans interruption des accès. Le chantier se déplacera dans le bâtiment sans l’occuper totalement à aucun moment.

En parallèle, et sans que son financement soit encore trouvé, sont entreprises des études concernant un deuxième accès par le pont Mère-Teresa. Une esquisse sera présentée fin 2019 avec deux volets : la mise en place d’escaliers et l’installation d’une billetterie automatique.

A la fin de ces interventions, la gare aura retrouvé son lustre d’origine. L’humanité en moins…

 

Joel Chaboureau

Date de publication : 
22 juillet 2019