Jeudi 20 Septembre 2018

Association des quartiers de la place de Clichy, des avenues de Clichy et de Saint-Ouen

Le TGI. Histoire de son édification

Selon son directeur, Jean-Michel Hayat, le Tribunal de Paris, situé à la porte de Clichy, est le plus grand tribunal d’Europe. Il en a présenté les principales fonctionnalités lors d’une réunion qui s’est tenue à la mairie du XVIIe le 19 mars, un mois avant son ouverture effective. 
 
L’évènement majeur de ce printemps pluvieux s’est déroulé sans aucun doute porte de Clichy. Pendant les vacances de Pâques des Parisiens, les habitants ont assisté au ballet d’une centaine de camions de déménagement autour du tout nouveau Palais de Justice. La première audience a eu lieu le 16 avril 2018. Tout le monde étant installé au plus tard le 14 mai sauf le pôle financier qui est arrivé une semaine plus tard. Son président Jean-Michel Hayat est venu le 19 mars présenter le palais lors d’une réunion organisée à la mairie du XVIIe. Etaient également présents :  le directeur de la Direction régionale de la police judiciaire, Christian Sainte, la bâtonnière, Marie-Aimée Peyron, et le directeur général de Paris Batignolles Aménagement, Jean-François Danon.
 
Un événement « millénaire »
En préambule, Jean-Michel Hayat annonce que le Tribunal de Paris « déménage tous les mille ans ». En écho, Christian Sainte ajoute : « et la Police judiciaire tous les cent ans »
Quelques chiffres en rappel pour appréhender ce nouveau paquebot visible de partout et de très loin. Selon son directeur, c’est le plus grand tribunal d’Europe. Sur des plans de l’architecte Renzo Piano, il atteint 160 mètres de hauteur, sa superficie est de 104 000 m2 répartis sur 38 étages. Il compte 10 000 m2 de terrasses arborées. Quelque 500 arbres on été plantés (au 10e, 19e 29e et 38e étages). La salle des pas perdus couvre à elle seule 5 000 m2 et sa hauteur sous plafond est de 28 m. De plain pied sur un parvis de 6 000 m2, elle est inondée de lumière naturelle qui provient en majeure partie d’une belle verrière. Depuis ce hall, le public peut atteindre directement les niveaux 1, 2, 4 et 6 qui sont destinés à accueillir des services ouverts à tous. 
Toujours au rez-de-chaussée, une permanence gratuite, anonyme et confidentielle, permet à tous les justiciables d’obtenir des renseignements sur n’importe quel sujet ayant trait au droit et à la législation juridictionnelle. La prise de rendez-vous, très rapide, s’effectue sur un site internet. Le service chargé des tutelles se situe au premier étage. Un service qui ne cesse de croître avec l’allongement de la durée de vie. « Actuellement, nous traitons 18 000 tutelles, et 1 000 nouvelles viennent s’ajouter chaque année », précise Jean-Michel Hayat.  
 
Le deuxième plus haut immeuble habité de Paris
50 ascenseurs et monte-charges desservent ce monstre de verre et d’acier qui devient le deuxième immeuble habité le plus haut de Paris après la Tour Montparnasse. 
Les 90 salles d’audience sont réparties entre le 1er et le 9e étage (l’ancien palais en comptait 26).  La plus grande peut recevoir jusqu’à 250 personnes, et 1 000 lors des très grands procès. 200 cellules ont également été aménagées dans les sous-sols pour recevoir les détenus en attente de jugement.  Un auditorium d’une capacité de 280 places est également intégré à l’immeuble. 
Si le premier bloc est accessible au public, plus on monte et plus les accès sont réglementés  Du 10e au 19e seules les personnes convoquées et qui ont reçu un badge y ont accès. Le Parquet de Paris siège du 20e au 28e étage. Les juges civils qui travaillent sur dossier sont accueillis du 29e au 37e
étage. Le 38e étage abrite la Direction du Tribunal de Paris.
Au 8e étage se trouve le restaurant d’entreprise que se partagent la Police Judiciaire et la justice. Une belle opportunité de resserrer les liens entre ces deux corps. 
Un tunnel relie la police au palais évitant ainsi les longs convois bruyants. Une police judiciaire qui a emménagé il y a presque un an déjà et qui, comme l’a rappelé son directeur, a essuyé les plâtres ou plus exactement la boue avec son accès non goudronné et le chantier du tribunal de la ligne 14 en voisin. Cette police, qui était autrefois répartie sur six sites, reconnaît que le nouveau lieu facilite la tâche (gain de temps et efficacité) et que les conditions de travail y sont bien meilleures. Actuellement, 1700 personnes travaillent au 36 rue du Bastion. Christian Sainte salue une police judiciaire disposant désormais « d’un outil adapté à la lutte contre le terrorisme, les réseaux criminels, la grande et la moyenne délinquances ».
 
Un atout : la proximité immédiate du périphérique
La toute proximité du périphérique permet de ne plus traverser Paris pour accéder aux différentes prisons d’Ile de France même si l’ouverture d’un accès Porte de Clichy n’est pas encore acquise. 
Christian Sainte profite de la réunion pour rassurer quelques habitants « Oui le bureau du Commissaire Maigret a bien été déménagé au Bastion. » Jean-Michel Hayat, quant à lui, annonce officiellement la réouverture à l’automne 2018 de la maison d’arrêt de la Santé qui avait fermé  en 2014 pour travaux. Le site pourra recevoir quelque 800 détenus, uniquement les résidents de paris intra muros. 
Entre 7 000 et 9 000 personnes devraient se rendre quotidiennement sur le site dont 2 000 salariés  (500 magistrats et 1 300 fonctionnaires). Aussi, tous s’accordent, élus, habitants, fonctionnaires… à affirmer que le gros point noir va être le transport jusqu’à l’ouverture de la ligne 14 en juillet 2020 (dernière date annoncée par  la RATP). Jean-Michel Hayat a demandé que soit densifié le trafic du RER C qui mène au centre de Paris, mais il semble que cela ne soit pas possible car la ligne est en travaux pour plusieurs mois. Quant au Tram il ne sera opérationnel qu’à partir du 24  novembre prochain. Le président du tribunal songe sérieusement à décaler les horaires d’ouverture du Palais pour éviter de graves problèmes sur la ligne 13 déjà saturée aux heures de pointe. Monsieur Sainte confirme qu’il a eu de nombreuses demandes de mutation liées en partie à ces problèmes de transport. 
 
Un bâtiment qui satisfait aux normes environnementales
Ce Palais de la justice regroupe l’ensemble des services du tribunal de grande instance de Paris (cours d’assises, correctionnelles, chambres civiles), mais aussi le tribunal de police, celui des affaires de Sécurité sociale, le parquet financier (dispersés sur 5 sites dont l’Ile de la Cité). Les 20 tribunaux d’instance de chaque arrondissement vont également fusionner pour, selon Jean-Michel Hayat une bien meilleure efficacité car ils seront spécialisés par thème.
Le tribunal a reçu à l’automne dernier le prestigieux prix d’architecture «  l’Equerre d’argent ».  Par ailleurs, le bâtiment satisfait aux nouvelles normes environnementales. Des panneaux photovoltaïques accrochés à la façade offrent une plus grande autonomie énergétique. Il consomme également deux fois moins d’énergie qu’une tour de même taille. Il est équipé d’un dispositif de récupération des eaux pluviales. 
Selon Jean-Michel Hayat : « L’immeuble est une réussite architecturale, technique et technologique. Il permet de répondre aux exigences d’une justice moderne et efficace et va permettre à notre justice d’entrer dans le XXIe siècle. Une cadence moyenne de 100 audiences, civiles et pénales est envisagée Nous avons le sentiment d’une vraie fierté collective. » 
Un sentiment partagé aujourd’hui par bon nombre d’avocats pourtant à l’origine très hostiles au déménagement. Depuis qu’elle l’a visité, Marie-Aimée Peyron ne cache pas son enthousiasme pour ce nouveau lieu : « Nous avons l’un des plus beaux tribunaux au monde doté d’une technologie de pointe. Maintenant, nous attendons avec impatience de pouvoir nous installer dans la future Maison des avocats, dont l’architecte est également Renzo Piano, mais  qui n’ouvrira ses portes qu’en 2019. La construction a été retardée suite aux problèmes de fuite d’eau de la ligne 14. » 
 
Le 36 Bastion en chiffres
1 700 fonctionnaires sur les 2 200 de la Police judiciaire parisienne : brigade criminelle, brigade des stupéfiants, brigade financière, à l’exception de la BRI (brigade de recherche et d’intervention).
Un bâtiment de 32 500 m² de surface, 37 m de haut, 90 m de long et 10 étages (8 étages plus 2 niveaux en sous-sol)
8 salles de réunion
2 étages entiers de salles de garde à vue dont 16 cellules individuelles, 3 collectives et 2 pour les mineurs. Trois locaux sont dédiés aux avocats.
15 locaux d’audition
12 km de couloirs
320 caméras
1 cabine cyanoacrylate (unique en France) qui permet de révéler les empreintes digitales sur une voiture. 
1 stand de tir de 25 m de long
1 salle de contrôle avec vidéosurveillance
2 salles de sport
1 terrasse végétalisée avec des ruches et des abeilles.
 

Les maquettes

          

2014 Les premiers terrassements  

                                                                          

2015 Terrassement et gros oeuvre

                           

Aout 2015  Un étage tous les 2 jours

                                   

Septembre 2015                                                                      

                                

Novembre 2015

Décembre 2015                                                                                                                                         

                             

Janvier 2016  Comme un paquebot

Mars 2016 Presque sur la fin

Avril 2016 Chantier vu de l'avenue de Clichy

Mai 2016 Vue du Parc MLK                                                                       

                              

  Vue de l'Etoile

     

Juin 2016 Le bâtiment en lumière

Juillet 2016  12 grues et 1500 personnes

Octobre 2016

Fevrier 2017 à Juillet 2017 

    

Avec le Police Judiciaire et les entrepôts de l'Opéra

Le Palais

Le Palais vu de la passerelle des Batignolles

Le Palais la nuit

 

 

 

 

 

 

 

 

Date de publication : 
29 août 2018